Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 17:19

http://www.tetu.com/files/inline_images/gregory-bec-3108.jpg

Par Luc Biecq

ASSOCIATIONS. Lancés en 2008, Les Petits Bonheurs soutiennent les séropositifs et les malades du sida en proie à l'isolement. Grégory Bec, coordinateur de l'association et psychologue, dévoile le programme d'accès aux «petits bonheurs pour tous».

Créée en avril 2008, l'association Les Petits Bonheurs s'est donné pour mission de soutenir, accompagner et stimuler des personnes séropositives ou malades du sida, isolées socialement, avec une attention particulière envers les plus âgées. L'objectif est d'améliorer l'ordinaire et de restaurer le droit à l'extraordinaire. Présidée par Michel Fontes, l'association dispose de deux vice-présidents : Gérard Berlureau et Marie-José Auge-Caumon. Son action est encouragée par un comité de parrainage qui regroupe des médecins et des militants associatifs. Grégory Bec, coordinateur de l'association et psychologue nous en dit plus sur son fonctionnement.

TÊTU: Quel est votre modèle ?
Grégory Bec: Si nous devions en avoir un, ce serait celui de l'association Les Petits Princes, qui réalisent les rêves d'enfants malades. Nous, nous voulons redonner des rêves à des adultes malades depuis longtemps. Aucune association de lutte contre le sida, aucune association généraliste ne proposait cela.

Pourquoi les bonheurs devraient-ils être petits ? Avez-vous réfléchi au nom de l'association ?
Je me souviens d'un test que nous avions fait alors, en 2007, au moment où nous réfléchissions au projet associatif. Nous avions demandé à cinquante personnes ce qui leur ferait le plus plaisir, et ils n'avaient pas pu répondre tant c'était abstrait pour eux. Eux projetés dans le plaisir, c'était du passé. Le projet associatif a évolué parce que les gens exprimaient des envies potentielles à propos de choses extrêmement simples : aller boire un café dans un bar, aller au restaurant, avoir une chaîne hi-fi qui fonctionne... Nous cherchons à restituer la possibilité de faire naître des envies, nous souhaitons réveiller des émotions.

Quel type de soutien proposez-vous exactement, est-ce une conversation, une écoute ou même une thérapie ?
Nous nous situons avant tout dans une réponse humaine, notre équipe n'est pas composée par des professionnels mais par des bénévoles. Nous essayons de construire du sur-mesure. Le lien est établi par l'équipe médicale hospitalière, par un médecin qui a expliqué le rôle de l'association à la personne et qui nous met en contact téléphonique, lors de la consultation. Il existe aussi des gens hospitalisés avec qui un rendez-vous est organisé. Dit comme ça, c'est protocolaire, mais ça se fait très simplement. Il y a donc une rencontre avec des gens qui ont accepté qu'on vienne à leur rencontre. La plupart ne se rendraient pas dans une structure collective. On leur demande ce qu'ils aimeraient changer dans leur quotidien. C'est parfois très simple, comme pouvoir écouter de la musique...

Depuis quelques années, on lit partout que les séropositifs vont bien. Aurait-on oublié ceux qui ne vont pas si bien ?
Chaque parcours est singulier, mais il y a chez ceux que nous accompagnons, des facteurs communs : ils ont été contaminés au début des années 1980 et ont vécu cette période avec toute la douleur, mais aussi la solidarité de l'époque, qui était énorme. Souvent, ils ont interrompu des relations par peur du jugement des autres, craignant de se sentir rejetés. Inversement, certains gays contaminés se sont rapprochés de leurs amis séropos. Ces années très dures ont été marquées par une entraide, ce sont des années de combats partagés.

Et l'arrivée des traitements a tout changé…
Oui, certains ont intégré qu'ils allaient vivre. D'autres, déjà très malades sont passés du « ne plus mourir » à « vivre avec », avec un entre-deux très long. Quinze ans après, certains n'en sont pas sortis. D'autres encore ont vu des gens aller très bien, alors qu'eux allaient juste un peu moins mal. Certains n'envisageaient pas de retrouver un emploi, ils avaient donc devant eux la solitude, projetée ou réelle, et le vieillissement. Pour eux, c'était une vie « quand même », prolongée automatiquement, et le temps en plus, si précieux, est devenu pour certains du temps en trop. Parfois, quelqu'un nous confie qu'il aurait préféré mourir plutôt que vivre comme ça...

Comment le processus de désocialisation se met-il en place pour les personnes que l'association soutient ?
Il y a une érosion des liens au fil du temps, comme s'il y avait une usure. Les gens avaient des liens éloignés avec leur famille, pour des questions de choix de vie. Ils sont multi-endeuillés, certains ont perdu des dizaines d'amis et sont, par exemple, les seuls survivants d'un groupe de quarante personnes. Ils ont souvent perdu leur amour, leur femme ou leur compagnon et, quand ils sont âgés, leurs parents sont morts. Ils ne s'étaient pas préparés à enterrer leurs parents. Parfois, les gens sont restés dans le secret vis-à-vis du voisinage. Alors que les réseaux de solidarité existent et que, bien souvent, il suffit de les réactiver.

Existe-t-il une solitude propre aux séropositifs homos ?
Elle est particulière, et encore plus exacerbée chez les homos âgés. Nous accompagnons plusieurs octogénaires. Tous leurs amis sont morts, ils ont la nostalgie d'un milieu gay qu'ils trouvent disparu, ou qui est aujourd'hui aux antipodes de ce qu'ils ont connu en termes de solidarité. Leurs repères ne sont plus les mêmes, les restos où ils allaient n'existent plus. Ils ont parfois essayé d'aller dans de nouveaux endroits, mais ils n'ont plus confiance en eux, ils ont le sentiment qu'il n'y a plus de place pour eux. Ils sont fragilisés, certains ont perdu la vue ou ont des problèmes de mobilité. Avec eux aussi, nous constatons que notre démarche fonctionne. Ils ont simplement besoin d'accompagnement et d'encouragements.

L'idée qui soutend votre action, c'est que ces bénéficiaires isolés trouvent de nouveaux repères, de nouveaux liens ?
Je vais vous donner un exemple : un monsieur de 69 ans ne se soignait plus et vivait reclus chez lui, les volets clos. Le médecin qui le suit depuis vingt-quatre ans nous en a parlé et l'a appelé. Je suis allé le voir. Il m'a reçu et nous avons eu une longue conversation, ce qui est fondamental pour qu'un lien de confiance puisse s'établir. Il évoquait un présent terrible, disait que la vraie vie, c'était avant... Dans ses anecdotes, son avant, il y avait le Sud et la pétanque... Son « petit bonheur » à lui était identifié. Par le bouche-à-oreille, on a trouvé un endroit où il n'a d'abord pas voulu aller, par peur. Il s'est laissé convaincre, il a fait une partie, il a super bien joué et a été valorisé. Depuis, les joueurs de boules l'ont invité au réveillon, il s'est acheté des vêtements et a repris une vie sociale. Il a fallu aller jusqu'à lui, repérer ce qui pouvait se faire et concrétiser. Dans la plupart des cas, on redynamise le quotidien, on réinsuffle des possibles, on montre que les envies sont réalisables. Nous sommes un trait d'union, parce que je crois sincèrement que la solidarité n'a pas disparu, elle est à réactiver.

«ASSOCIATION CHERCHE BÉNÉVOLES…»
Une quinzaine de bénévoles apportent leur concours à l'association et ce n'est pas assez ! Plus de 70 personnes sont en attente d'un peu d'aide. Des volontaires? Les besoins sont de trois types :
– offrir un peu de temps et de compétences, pas forcément en lien avec les personnes malades (bricoler, ranger, accomplir diverses démarches) ;
– porter le projet associatif, par exemple, organiser une fête, trouver des partenaires financiers, participer à la gestion administrative, à la communication ;
– accompagner, s'investir dans la relation d'aide, sur du soutien ponctuel. Dans ce cas, l'association propose une formation.

Photo: Kaël T. Block. Article publié dans TÊTU n°153, mars 2010.

src tetu.com

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans temoignage
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 17:14

Par Fabien Jannic

La célèbre actrice des années 1950 aurait eu des histoires avec des femmes. C'est ce que révèle une nouvelle biographie américaine qui va sortir bientôt aux Etats-Unis.
http://www.tetu.com/files/inline_images/tetue/vivienleigh.jpg
Vivien LeighVivien Leigh, la célèbre actrice de Autant en Emporte le Vent serait bisexuelle. C’est ce que révèle une nouvelle biographie, intitulée Damn You, Scarlett O' Hara, qui indique également que la star et son mari, Laurence Olivier se seraient mutuellement trompés dès les premiers mois de leur mariage.

Le livre est écrit par Darwin Porter, un ami de l’actrice et Roy Moseley, un ancien assistant de son mari. Des sources plutôt fiables, d’autant que les auteurs s’appuient sur des mémoires non publiées ainsi que des témoignages inédits. Le personnage qu'ils décrivent est loin du glamour d'Hollywood: l'actrice souffrait, entre autre, de troubles bipolaires.

Un mariage écran?
Le livre raconte les histoires d’amour que Vivien Leigh a eues avec plusieurs femmes. Parmis lesquelles l’actrice Isabel Janes. Dans un autre registre, l'ouvrage explique que durant les années 1940, elle descendait dans une maison close de la côte californienne en compagnie de son ami George Cukor pour passer la nuit avec de jeunes garçons.

L’actrice est morte de la tuberculose en 1967, et a souffert toute sa vie de troubles mentaux. Très tragédienne, elle aimait parler de ses ébats sexuels et se confier à son mari. La sexualité de celui-ci a également été l’objet de spéculations pendant de nombreuses années. Le couple n’aurait-il donc été qu’un écran de fumée? A suivre...


src tetu.com

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans cinema
commenter cet article
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 17:12

http://saidia.colonie-maroc.com/images/royal-air-maroc-paris-oujda.jpg

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans temoignage
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 18:12

http://www.tetu.com/files/inline_images/double-appli.jpgPar Rédaction

Partout et à tout moment, votre smartphone (iPhone, Blackberry ou Androïd) se transforme désormais en redoutable outil de drague. Le dernier numéro de TÊTU passe toutes les applications gays au banc d'essai. Et vous, qu'utilisez-vous? Satisfaits ou frustrés?

Les gays sont ce que les pontes du marketing appellent des early adopters, c’est-à-dire qu’ils adoptent très tôt les nouveaux produits, notamment high-tech. Ce qui était vrai hier avec le Minitel ou internet l'est encore plus à l'heure des smartphones. Ils sont en passe de révolutionner l’un de nos passe-temps favoris: draguer. Finies, les nuits passées à chatter devant son ordi! Désormais on embarque dans sa poche tous ses contacts grâce à des applications qui combinent réseaux sociaux et GPS. Chez les gays geeks, ces logiciels portent même un nom: des guyfinders, littéralement des «dénicheurs de mecs». Dans le nouveau numéro de TÊTU, un dossier fait le point sur toutes les applications existantes, et part à l'encontre de deux utilisateurs…

«C'est devenu un bon pote»
Ainsi, Benoît, 27 ans (photo) et adepte de GrindR, s'enthousiasme de la possibilité de géolocaliser les mecs autour de soi: «Une fois en chattant avec un mec, on s'est rendu compte qu'on travaillait dans la même rue. Après le travail, on a décidé de se retrouver pour prendre un verre, c'était très sympa, d’ailleurs c’est devenu un bon pote. Une autre fois dans un resto du Marais, je faisais découvrir Grindr à des amis. Un mec est venu me parler sur l'appli: il était assis à trois mètres de moi, sur la même banquette… C'est dire si ça change d’un site internet!»

Vous trouverez également dans ce dossier une interview de Cédric Bozzi, créateur du site internet et de l'application NoPicNoDial (lire son interview lors du lancement de l'application iPhone) qui se réjouit du succès de son réseau: «Je ne pensais pas que ça marcherait aussi fort», dit-il, satisfait de ses 25.000 comptes créés jusqu'ici. Et il note d'ailleurs un nouveau pic de fréquentation grâce aux premiers lecteurs du dossier de TÊTU!

 

Vous trouverez dans TÊTU n°158 (septembre 2010, en vente actuellement) sept applications passées au crible, avec leurs points forts et leurs défauts.


src tetu.com

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans actualité
commenter cet article
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 18:06

http://www.tetu.com/files/inline_images/blunt-2.jpg

 

Par Fabien Jannic

Crispin Blunt, conservateur britannique (et oncle de l'actrice Emily Blunt), vient de révéler son homosexualité. Une vraie surprise au vu de sa personnalité plutôt consensuelle et de ses votes pas toujours très gay-friendly...

Décidément, les coming out sont légion ces dernières semaines, dans les partis conservateurs. Après l’ancien directeur de campagne de George Bush, Ken Mehlman (lire notre article), c’est au tour de Crispin Blunt, le ministre britannique des Prisons, d’annoncer son homosexualité. «Je n’étais pas celui que je croyais être», a-t-il expliqué.

Via un communiqué de presse, Crispin Blunt a fait d'une pierre deux coups, annonçant à la fois avoir fait son coming out à sa famille, et, par conséquent, s'être séparé de sa femme Victoria. Son entourage est «sous le choc», ajoute le ministre, qui tient à souligner qu’«aucune troisième personne n’est impliquée». L’affaire n’a pas fait polémique outre-Manche, le sujet étant considéré comme strictement privé.

«Quelqu’un de normal»
Cette révélation est tout de même une surprise, Crispin Blunt s’était toujours montré plutôt hostile aux organisations LGBT, et l’historique de ses votes sur ces questions n'est pas très gay-friendly: bien qu'il ait voté en faveur de la loi de partenariat civil, en 2001, il s'était opposé à l’ouverture de l’adoption pour les couples gays. Il a également voté le texte qui rendait l'accès à la fécondation in vitro plus difficile pour les couples de lesbiennes.

Marié depuis près de vingt ans, le ministre est décrit par des amis comme quelqu’un «de plutôt normal», tant au niveau de son parcours personnel que politique. Le plus remarquable à son propos étant sûrement sa nièce, Emily Blunt. L’actrice, qui a notamment joué dans Le Diable s’habille en Prada, avait récemment confié au Guardian vouloir devenir «une icône gay». Crispin Blunt aurait-il été inspiré?
src tetu.com

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans temoignage
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 11:28

http://yagg.com/files/2010/08/coca-cola-gay-egypte.jpg

 

Publié par Yannick Barbe  

Pour promouvoir en Égypte la nouvelle façon d’ouvrir une bouteille de Coca-Cola (finis les décapsuleurs), la marque a lancé cet été plusieurs pubs télé qui jouent la carte de l’humour et, pour l’une d’elles, celle de l’homoérotisme. Deux hommes, dans un cinéma, l’un prend la main de l’autre pour… ouvrir sa bouteille de soda. Une ambiance très drague clandestine.



Rappelons qu’en Égypte, même si l’homosexualité ne constitue pas un délit, plusieurs articles de loi relatifs à la « débauche » et à la prostitution sont utilisés pour condamner et emprisonner des homosexuels. En mai dernier, un concert que devait donner Elton John au Caire avait été interdit par l’Union des musiciens égyptiens, en raison de l’homosexualité du chanteur et de ses propos sur les religions.

Via Copyranter

 

 

src yagg.com c'est iciiiiii

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans humour
commenter cet article
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 11:26

http://www.tetu.com/files/inline_images/prison-grand2.jpg

Par Rédaction

Dans une interview à «Libération», une militante basée au Canada nous donne quelques nouvelles de ce jeune homme de 18 ans accusé (à tort) d'homosexualité et condamné à mort. «30 à 40 personnes sont arrêtées chaque année et accusées d'homosexualité», explique-t-elle.

«Quand vous êtes arrêté, il faut nier être homo, sinon vous avez 100% de chances d'être exécuté, explique Saghi Ghahraman, la présidente de l'Iranian Queer Organization (Irqo). Ce n'est pas juste de devoir nier ce que vous êtes, mais les gens n'ont pas le choix.»

Le site internet du quotidien Libération, très mobilisé pour tenter d'empêcher la lapidation à mort de Sakineh Mohammadi, Iranienne condamnée pour adultère (et pour qui une manifestation est organisée ce samedi à Paris), donne la parole à la militante de cette organisation LGBT basée à Toronto sur le cas de Saghi Ghahraman, 18 ans, accusé à tort d'homosexualité et condamné lui aussi à mort (lire notre article).

30 à 40 «homosexuels» arrêtés par an
Dans cette interview, on apprend que le jeune homme est désormais emprisonné à Téhéran, la capitale, après avoir été emprisonné à Tabriz. Selon la présidente de l'Irqo, Ebrahim Hamidi a été arrêté il y a deux ans pour une bagarre avec une bande dont un membre a affirmé avoir été agressé sexuellement, sous pression de sa famille qui était en conflit avec celle d'Ebrahim, avant de se rétracter. Forcé de signer des aveux, il a dû confesser des actes de sodomie qui n'ont pas eu lieu; il a été torturé et n'a plus d'avocat.

«Nous savons que 30 à 40 personnes sont arrêtées chaque année et accusées d'homosexualité, explique la militante. Elles sont traitées très durement en prison. Mais nous n'avons aucune donnée sur les exécutions. Cinq jeunes hommes, homosexuels, ont été condamnés à mort, mais on ne sait même pas où ils sont retenus.» «L'homosexualité est souvent utilisée comme prétexte pour accuser les gens», explique-t-elle enfin.

Une pétition en ligne est toujours ouverte pour tenter d'empêcher l'exécution d'Ebrahim Hamidi.

Photo: Fotolia

src article tetu.com

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans la vie gay
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 14:52

Publié par Audrey Banegas
Ken Mehlman, ancien bras droit et directeur de campagne de George W. Bush pour l’élection présidentielle de 2004, a fait son coming-out, le 25 août, sur le blog de l’influent journaliste américain Marc Ambinder. Ken Mehlman est désormais le républicain ouvertement gay qui a occupé le plus haut poste dans l’histoire.
http://yagg.com/files/2010/08/Ken-Mehlman.jpg
« HEUREUX »
« Cela m’a pris 43 ans pour vivre sereinement avec cet aspect de ma personnalité », a-t-il déclaré. « Chacun trace sa route à sa façon et en ce qui me concerne, j’ai annoncé la nouvelle à ma famille, à mes amis, à mes anciens collègues ces derniers mois, et ils ont été merveilleux. Cette étape de ma vie a fait de moi quelqu’un d’heureux et une meilleure personne. C’est quelque chose que j’aurais aimé faire il y a plusieurs années ».

DÉFENSEUR DE L’ÉGALITÉ DES DROITS
Ken Mehlman explique en effet dans cette interview qu’il n’est arrivé à cette conclusion sur son orientation sexuelle que très récemment. Il dit avoir accepté de répondre à cet entretien parce qu’il souhaite désormais devenir un défenseur de l’égalité des droits, de l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, et qu’il a préféré anticiper ces questions qui se seraient de toute façon posées très prochainement, puisqu’il participera activement fin septembre à une levée de fonds pour l’American Foundation for Equal Rights (AFER), le groupe qui soutient l’abrogation de la Proposition 8 (l’amendement à la Constitution californienne qui interdit le mariage aux couples de même sexe).

POSITIONS ANTI-GAYS
Ce coming-out et ces déclarations sont une surprise de taille! Ken Mehlman a été, en effet, à la tête du comité national du parti républicain (RNC) de 2005 à 2007, « au moment-même où les positions anti-gays de la droite américaine se radicalisaient », écrit Marc Ambinder. Une période au cours de laquelle le parti républicain avait notamment distribué des tracts liant homosexualité et athéisme en Virginie Occidentale.

REGRETS
Le républicain reconnaît que s’il avait publiquement parlé de sa sexualité plus tôt, il aurait peut-être joué un rôle dans la position de son parti sur les question LGBT, en rejetant notamment l’ »anti-gay agenda », ce qu’il a malgré tout tenté de faire en privé, explique-t-il. « C’est une question tout à fait légitime et je la comprends. Je ne pourrai plus rien changer au fait que je n’étais pas dans cette situation personnelle lorsque j’étais en politique, et je le regrette sincèrement. Ça a été très dur pour moi, sur un plan personnel ». À ceux qui doutent de sa sincérité, il ajoute: « S’ils ne me soutiennent pas, j’espère au moins qu’ils me comprendront ».

Il insiste sur ses regrets et sur le fait qu’il aurait « tellement aimé » accepter plus tôt son orientation sexuelle « pour être capable de s’opposer au Federal Marriage Amendment [l'équivalent d'un Prop 8 fédéral qui aurait eu une portée nationale, s'il n'avait fini par avorter, ndlr] et tendre la main à la communauté gay comme je l’ai tendue aux afro-américains ».

FIER D’ÊTRE UN RÉPUBLICAIN
Il annonce ainsi officiellement qu’il souhaite désormais devenir un fervent défenseur des droits LGBT au sein même du « Grand Old Party » (le surnom du Parti Républicain), parce qu’il reste fier d’être un républicain et que son identité politique ne lui semble pas inconciliable avec son orientation sexuelle:

« Je vais essayer de persuader les gens que c’est parfaitement conciliable avec la philosophie du parti, avec le principe de liberté individuelle, de limitation du gouvernement, avec le fait d’encourager les adultes qui s’aiment et qui souhaitent un engagement à vie avec leur partenaire en se mariant. J’espère qu’en tant que parti, nous saurons accueillir ceux qui soutiennent les gays et les lesbiennes (…) et le droit au mariage ».

BUSH « PAS HOMOPHOBE »
Ken Mehlman affirme enfin que George W. Bush « n’était pas homophobe » et qu’il a laissé des homosexuels servir dans son administration. Pour rappel, l’ancien président des États-Unis s’est toujours opposé à l’ouverture du mariage aux couples de même sexe, et a notamment fermement soutenu le Federal Marriage Amendment ainsi que la politique du DADT (« Don’t ask don’t tell »), qui impose aux homos de taire leur orientation sexuelle dans l’armée sous peine d’être renvoyés. Très attaché aux valeurs traditionnelles, il a toujours été proche des groupes religieux et conservateurs.

Les membres du Parti Républicain ne semblent d’ailleurs pas tous enchantés par les annonces de Ken Mehlman. Un ancien ami, Ed Gillespie, à la tête lui aussi de la RNC pendant un temps, n’a pas tardé à réagir: « Je crois que la plupart des républicains croient au mariage entre un homme et une femme et je continuerai d’y croire aussi ». Ce n’est définitivement pas gagné pour Ken Mehlman!

 

src yagg.com clic ici

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans temoignage
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 14:49

 

 

Par Marie Kirschen

Un recueil d'essais de la fameuse féministe radicale et poète nord-américaine vient d'être réédité. L'occasion de (re)découvrir les textes de celle qui théorisa le «continuum lesbien».
http://www.tetu.com/files/inline_images/rich-livre-rect.jpg
Le lesbianisme est souvent considéré comme une sexualité marginale. Et si c'était, au contraire, l'hétérosexualité féminine qui n'allait pas de soi? C'est l'idée pour le moins originale que développe Adrienne Rich dans son texte (probablement le plus fameux) La contrainte à l'hétérosexualité et l'existence lesbienne. Ecrit en 1980, l'essai vient d'être republié dans un petit ouvrage rassemblant une dizaine de textes de la féministe radicale américaine.


L'hétérosexualité féminine ne va pas de soi
En choisissant de problématiser l'hétérosexualité comme quelque chose qui ne va pas de soi, Adrienne Rich tente de comprendre comment les femmes sont soumises à cette sexualité et aux normes patriarcales. Elle défend la reconnaissance et la visibilité de «l'existence lesbienne» ainsi que de ce qu'elle appelle «le continuum lesbien». Ce continuum englobe les relations lesbiennes mais aussi «les multiples formes de rapports intenses et privilégiés entre femmes» qui ne s'identifient pas forcément comme homosexuelles. Le texte ne mettra pas tout le monde d'accord, mais il a l'intérêt de sortir des cases et de nous offrir un point de vue osé et différent.

Si Adrienne Rich s'est attaquée à «l'institution politique de l'hétérosexualité», elle a aussi dénoncé le racisme, le colonialisme ou encore la guerre du Vietnam. Le recueil s'efforce de rester fidèle à l'évolution de sa pensée à travers le temps. Pour être plus complet, il propose également deux poèmes de celles qui fut, en plus d'être une fervente militante de la cause des femmes, une des plus grandes poétesses de la seconde moitié du XXe siècle.

La contrainte à l'hétérosexualité et autres essais, d'Adrienne Rich
Editions Mamamélis, Nouvelles Questions Féministes
18 euros

Photo DR

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans litterature
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 16:02

 

Repost 0
Published by gaymarocmusul - dans musique
commenter cet article

Présentation

  • : gaymarocmusul
  •  gaymarocmusul
  • : je cree ce blog pour venir faire connaitre mes idees , je suis gay et j'ai vecu une longue histoire avec un musulman, je veut ici partager des idees avec les gens du monde , chacun est le bienvenu pour laisser un com , je repondrai tjrs en donnat mon avis perso , meme si parfois je pourrais choquer certaine personne , alors apprenez a dialoguer et a etre a l'ecoute des autres , vous en ressortirez bien plus grand , bonne visite a tous
  • Contact

Archives

Pages

Catégories