Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 10:05

 

 

 

 

 

Emmanuel Moire vient de dévoiler le clip de Ne s'aimer que la nuit, extrait de son troisième album, Le Chemin. Dans la vidéo on peut voir le chanteur - qui avait fait son coming-out dans Têtu - déambuler parmi des couples (hétéros) qui vont s'aimer ou qui se sont aimés le temps d'une nuit... Lui-même va-t-il trouver un charmant jeune homme à qui il "pourra même / dire je t'aime"? Réponse à la fin du clip!

 

src tetu.com

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans musique
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 09:49

wentworth miller

 

"En grandissant, j'étais une cible. Il fallait bien parler, bien se tenir, ne pas casser son poignet. Chaque jour était un test auquel on pouvait échouer de mille manières différentes. Mille manières de s'imaginer ne pas être à la hauteur de ce qui était acceptable pour quelqu'un d'autre. Et quand si échouait au test - ce qui était garanti -, il fallait en payer le prix. Émotionnellement, psychologiquement, physiquement. La première fois que j'ai essayé de me tuer, j'avais 15 ans. J'ai attendu que ma famille s'en aille. J'étais seul à la maison et j'ai avalé une boîte de médicaments. Je ne me souviens pas de ce qui s'est passé les jours suivants, mais je suis certain que dès le lundi d'après j'étais de retour dans le bus de l'école, à faire comme si tout allait bien. (...) Ce n'était pas un appel à l'aide, parce qu'il n'y avait pas d'aide à appeler."

 

 

"Quand la série [Prison Break] a commencé à avoir du succès, j'ai voyagé aux quatre coins du monde et j'ai donné des milliers d'interviews. J'ai eu de nombreuses opportunités pour dire ma vérité - que j'étais gay -, mais j'ai choisi de ne pas le faire. J'étais out auprès de ma famille et de mes amis. Pas publiquement. J'ai choisi de mentir. Quand je pensais à la possibilité de faire mon coming-out, sur l'impact que cela pourrait avoir sur moi et sur la carrière pour laquelle j'avais tant travaillé, j'étais empli de peur."

 

 

"Lorsqu'il y a quelques semaines j'écrivais ma lettre de réponse au festival du film de Saint Petersbourg, il y avait cette voix dans ma tête qui me disait "non". Mais cette fois-ci, j'ai su que cette voix avait tort. Je me suis dit que si cela donnait de l'espoir à ne serait-ce qu'une seule personne qui lisait cette lettre, où je dis ma vérité, où j'intègre ma petite histoire dans une histoire bien plus grande, alors ça valait la peine. Je me suis dit "je vais être ce quelqu'un d'autre que personne n'a été pour moi"."

 

Publié par

Wentworth Miller a livré un témoignage émouvant samedi lors d’un dîner de l’association Human Rights Campaign.

 

src tetu magazine

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans personnalité gay
commenter cet article
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 09:43

Je suis tres impatient de voir le film , il viens de sortir je pense !

 

http://www.lecerclepoints.com/images/couvertures/m/9782757808191.jpgDans une petite maison près de Rabat, Abdellah vit avec ses parents et ses huit frères et sœurs. Adolescent, il découvre la sensualité avec son frère aîné. Quand celui-ci tombe amoureux d’une femme, il se sent abandonné. Parti pour la Suisse, ce n’est pas la liberté tant espérée qu’il découvre, mais l’exclusion et les déceptions amoureuses…

 

Abdellah Taïa est né en 1973 à Salé, au Maroc. Il vit à Paris et prépare un doctorat ès lettres. Il est l’auteur de Mon Maroc, Le Rouge du tarbouche, Maroc 1900-1960. Un certain regard, écrit en collaboration avec Frédéric Mitterrand, et d’ Une mélancolie arabe.

 

« Le roman d’Abdellah Taïa, joue sur la sobriété, sur une manière de parler de sujets délicats, voire scandaleux, tabous. »

Le Monde

 

 

src;http://www.lechttp://www.lecerclepoints.com/images/couvertures/m/9782757808191.jpgerclepoints.com/livre-armee-salut-abdellah-taia-9782757808191.htm

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans litterature
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 18:10

Par Paul Parant

 

 

 

L'acteur ouvertement gay évoque son coming out, son envie de jouer la trans «Hedwig» et confirme sa relation avec l'acteur Jonathan Groff, dans le dernier numéro de «Out Magazine».

 

 

L'acteur Zachary Quinto est parvenu en quelques années à se faire un nom grâce à plusieurs apparitions majeures: le super-méchant de Heroes, Spock dans le dernier film Star Trek (et dans sa suite qui sortira l'an prochain), ou le film Margin Call qu'il a également co-produit. Mais depuis son coming out il y a un an, il n'avait pas encore accordé de grande interview revenant largement sur son homosexualité et sa sortie du placard.

C'est désormais chose faite dans la dernière livraison de Out, le magazine gay américain, dont il a accepté de faire la couverture et de répondre aux questions. Les gazettes people se sont aussitôt repues de la confirmation de sa relation avec l'acteur Jonathan Groff, venu de Broadway et vu dans Glee. Mais il n'en dira pas plus que ces quelques mots: «Je suis incroyablement heureux, et incroyablement chanceux».

«Rien de bon ne sort du silence»
Il revient surtout sur son coming out, et les conditions de sa réalisation. Lui-même ouvertement gay auprès de ses proches et sa famille depuis l'âge de 24 ans, il avait pourtant refusé de répondre à des interviews. Il souhaitait utiliser ses propres mots, et ne pas répondre à une question, mais le dire de lui-même. Ce sera donc au détour d'une interview dans New York Magazine qu'il se présentera comme «un homme gay». Il n'a pas eu l'impression de sortir du placard mais de «sortir de derrière un mur. Les murs n'ont que la hauteur ou l'épaisseur qu'on leur accorde», dit-il. Il n'avait prévenu ni sa famille ni son agent… mais est tout de même resté à cogiter jusqu'à 5 heures du matin, la veille.

Il venait d'apprendre le suicide de Jamey Rodemeyer, un jeune victime de harcèlement parce qu'il était gay. Zachary Quinto dit encore: «En discutant avec moi-même, j'avais conclu que rien de bon ne pouvait sortir si je restais silencieux sur (ma sexualité). Absolument rien. Mais si je franchis le pas et que j'en parle honnêtement, beaucoup de bonnes choses peuvent en découler.»

Bientôt en rock-star trans?
Cet ancien enfant de chœur, qui a perdu son père à l'âge de sept ans, évoque encore le début de sa carrière, son amitié avec Leonard Nimoy, l'acteur originel de Spock dans Star Trek, son militantisme pour la réélection de Barack Obama... Il explique encore combien jouer dans une reprise off-Broadway de Angels in America l'a aidé à grandir, en songeant à «l'histoire de notre communauté, à quel point les gays ont été décimé par le sida». «Chaque jeune qui se demande ce que vaut sa vie doit apprendre de ces gens qui n'ont pas eu le choix: ils ont dû affronter l'horreur, et apprendre à l'exprimer», lance-t-il.

La dernière surprise de cette longue interview, c'est l'ambition affichée par Zachary Quinto d'incarner bientôt sur scène le rôle-titre de Hedwig and the Angry Inch. Soit une chanteuse de rock transgenre pour le moins extravagante. Un rôle dans lequel on n'imaginait pas le Sylar de Heroes! Mais «c'est ce que j'adore dans ce rôle: il parle à cette partie queer de moi-même, que je n'ai pas pu exprimer jusqu'ici. C'est ce qui m'excite en tant qu'artiste.» Il semble que Zachary n'ait pas fini de nous surprendre…

Photos: Out, DR, Out.

 

src tetu.com

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans cinema
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 18:05

Par Rédaction

 

EXCLU TÊTU. Le SNEG et Citebeur se sont associés une nouvelle fois pour concevoir une campagne de prévention informative et sexy. Changement de style pour cette quatrième saison: le studio a opté pour la «BD animée». Regardez.

 

Bye-bye Boris, Nadir et autres pornostars de chair et d'os... Cette année, le studio Citebeur troque ses acteurs contre des étalons d’encre et de papier pour sa désormais traditionnelle campagne de prévention produite avec le Syndicat National des Entreprises Gaies (SNEG). Le coup de crayon du dessinateur gay Zgeg donne vie à des situations auxquelles chacun peut être confronté pour promouvoir le safe sex, et «interpeller sans stigmatiser, stimuler la prise de parole et l’écoute» selon Antonio Alexandre, responsable prévention du SNEG.

La sérodifférence est le sujet principal de cette nouvelle saison: les trois films de deux minutes sont inspirés d'expériences rapportées par des gays séronégatifs, concernant leurs difficultés, leurs appréhensions, leurs ambivalences face aux risques du VIH et aux personnes séropositives.

Coproduction sexy
Sur une aire de cruising en forêt, dans les douches d'une salle de sport ou dans un bar, séronegs et séropos se rencontrent, se draguent, et interpellent par leurs doutes, leurs hésitations ou leurs petites lâchetés... Une coproduction sexy qui complète le travail de prévention du SNEG dans ses établissements.

TÊTU.com vous propose de découvrir le premier épisode de la web-série, avant sa diffusion demain sur les sites de Citebeur. Les deux autres seront mis en ligne les 21 et 28 septembre:


WEBSÉRIE CITEBEUR SNEG - Épisode1 par studiopresse  voir video

 

 

<!--[if !supportEmptyParas]--><!--[endif]-->

 

src tetu .com

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans la vie gay
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 15:59

Par Rédaction lundi 03 septembre 2012

 

Un an après le sulfureux «Je suis gay», Samy Messaoud revient avec «Un ange en enfer», un clip qu'il annonce à nouveau comme le plus gay et le plus chaud du moment. On vous laisse juger par vous-mêmes...

 

Samy Messaoud remet ça. L'année dernière, ce barman reconverti en chanteur faisait le buzz sur la toile avec Je suis gay, une vidéo qu'il décrivait lui-même comme «le clip le plus chaud jamais vu». Après avoir fait parler de lui pour une affaire d'agression homophobe (lire notre article), Samy Messaoud nous revient aujourd'hui avec une nouvelle chanson accompagnée d'un clip tout aussi hot: Un ange en enfer. Tellement hot que deux versions sont disponibles: une version «grand public» et une autre «interdite au moins de 12 ans»...

Second degré
Au menu: de jolis mecs qui se prélassent dans un sauna, se caressent sous les douches, lavent des voitures en se frottant les uns les autres avec une éponge et qui se baladent en forêt avec des ailes d'ange sur le dos. Et si vous avez choisi de visionner la version pour adultes, vous aurez la chance de découvrir l'anatomie tout entière de ces éphèbes!

Dans une interview accordée à TÊTU.com l'année dernière, Samy Messaoud expliquait que son but n'était pas de provoquer ni de donner dans la pornographie. «L'ambiance est assez bon enfant et c'est, bien évidemment, à prendre au second degré!», affirmait le chanteur au sujet du clip de Je suis gay. Du second degré, il en faudra aussi une bonne dose pour apprécier (ou pas) le clip d'Un ange en enfer!

Regardez la vidéo version «grand public» d'Un ange en enfer:

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans musique
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 21:44

Par Jérôme Pasanau 

 

Plus de 2.000 homos sur un bateau, en mini shorts et maillots de bain, sont censés accoster à Casablanca dans quelques jours. La croisière et sa future escale ont déjà provoqué un tollé dans ce pays où l'homosexualité reste taboue.

 

L'embarquement est prévu à Barcelone le 29 juin prochain. 2.000 homos, principalement américains et européens, sont attendus sur un paquebot de la compagnie américaine Holland America Line. E, pour huit jours de croisière gay. Au programme: clubbing, piscine, rencontres... et une escale d'une journée prévue à Casablanca le 1er juillet, avant de faire route vers Cadix en Espagne.

Mais alors que les organisateurs se félicitent d'être «la première croisière gay à faire escale à Casablanca, la plus célèbre des villes balnéaires du Maroc», cet arrêt n'est pas du goût de tout le monde sur place. Plusieurs sites internet mettent déjà en garde sur l'arrivée de ces touristes d'un genre nouveau dans le pays. Le site d'opposition Demain Online a par exemple comparé le débarquement de ces flamboyants vacanciers à une «gay pride» organisée à Casablanca. Le journal estime que «l'arrivée de 2.100 touristes gays dans la capitale économique du royaume chérifien a déclenché une vive polémique au Maroc, pays musulman dirigé par un Commandeur des croyants». Un point de vue qui fait écho aux dernières déclarations du ministre de la Justice et des Libertés Mustapha Ramid, qui avait récemment qualifié Marrakech de «ville de pêchés». De son côté, le journal arabophone Al Khabar s'étonne et s'interroge sur l'accord donné par l'Etat «à ces touristes d'un genre particulier (...) alors que l'homosexualité est un délit puni par la prison» au Maroc. Et le journal de souligner également que malgré l'interdiction de l'homosexualité par l'Islam, le Maroc reste l'un des rares pays arabes qui dispose d'une association et d'un magazine gay.

Sexe et croyances
Plusieurs voix saluent a contrario l'arrivée de ces nombreux touristes étrangers, venus dépenser leur argent dans le pays alors que le tourisme marocain n'est pas au mieux actuellement. Si les organisateurs de la croisière ont obtenu l'ensemble des autorisations nécessaires auprès du gouvernement, le site Yabiladi rappelle que les autorités marocaines n'ont pour le moment pas encore officiellement réagi aux polémiques.

La difficile cohabitation de la liberté sexuelle et des croyances n'est pas nouvelle au Maroc. Ainsi une artiste libanaise, qui avait tourné un de ses clips sur l'esplanade de la mosquée Hassan II de Casablanca il y a quelques mois, avait provoqué une vive indignation... parce qu'elle y apparaissait en jupe courte et talons aiguilles! Même tollé pour une marque italienne de prêt-à-porter qui avait organisé une séance photos de mode et tourné une vidéo promotionnelle avec ses mannequins, pour sa collection femmes, dans un édifice religieux de Fès.

Photo d'illustration: Cédric Douzant pour TÊTU/DR.

 

 

src tetu.com

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans la vie gay
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 21:41

 

Par Christophe Cordier

 

Depuis la mort de leur fils, les parents d’Ihsane Jarfi étaient discrets, mais dignes. Un mois et demi après les faits, ils confient à la presse belge leur tristesse et leur envie de militer contre l'homophobie.

 

 

Dans une interview accordée hier aux journaux Le Soir et la Meuse, Nancy et Hassan Jarfin racontent leur cauchemar éveillé. Depuis ce jour où, l’air grave, des policiers leur ont annoncé que trois hommes avaient été arrêtés, «que c’étaient des barbares et que ce qu’ils avaient fait était inhumain». Quelques heures plus tard, le corps de leur fils Ihsane sera retrouvé dans un champ.

Né à Casablanca, Hassan Jarfin est venu en Belgique pour ses études en communication. Il y a rencontré sa femme, Nancy, qui est institutrice. Le couple aura six enfants, dont Ihsane était l’aîné. Ils étaient très fiers de lui: «Il venait de décrocher un job de gérant d’un magasin de vêtement de luxe à Bruxelles et avait pris un mois de congé pour réviser les langues avant de commencer ce travail. Il a toujours travaillé, il rigole tout le temps. Il rayonne d’amour.» Ils en parlent toujours au présent.

«Dieu a créé mon fils comme ça»
Hassan enseigne la religion islamique dans une école liégeoise et est responsable d’une des plus grandes mosquées de la ville. Mais quand Ihsane (photo ci-contre) a fait son coming out, il n’a été ni surpris, ni choqué. «Je le savais déjà. Quand il était petit, il essayait les chaussures de sa maman. J’ai éduqué mes enfants dans la multiculturalité, la liberté.» Après avoir consulté les textes religieux, il dit n'avoir «rien trouvé dans (sa) religion disant qu’un homosexuel était condamné à l’enfer. L'ignorance est la pire des ennemies. Dieu a créé mon fils comme ça.»

Pour Nancy et Hassan, impossible de ne pas penser aux circonstances atroces de la mort d’Ihsane. Ils ne crient pas vengeance, mais ne peuvent pas pardonner. «Nous espérons que dans leur cellule, ils repensent au visage d’Ihsane qui les suppliait d'arrêter et qu'un petit peu d'humanisme va poindre dans leur tête. Nous voudrions que personne ne soit privé de son enfant juste parce que celui-ci a voulu être ce qu’il était. Jusqu’au bout, nous militerons pour les minorités, contre l’homophobie et la haine de la différence.»

Photos: DR.src tetu.com

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans temoignage
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 21:34
WARDA batwannes beek
 
   Haramt Ahebak - Warda حرمت أحبك - حفلة - ورده                  

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans deces
commenter cet article
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 21:28

Partager cet article

Published by gaymarocmusul - dans musique
commenter cet article

Présentation

  • : gaymarocmusul
  •  gaymarocmusul
  • : je cree ce blog pour venir faire connaitre mes idees , je suis gay et j'ai vecu une longue histoire avec un musulman, je veut ici partager des idees avec les gens du monde , chacun est le bienvenu pour laisser un com , je repondrai tjrs en donnat mon avis perso , meme si parfois je pourrais choquer certaine personne , alors apprenez a dialoguer et a etre a l'ecoute des autres , vous en ressortirez bien plus grand , bonne visite a tous
  • Contact

Archives

Pages

Catégories